"Souvenir des Déportés " (ONACVG Orne) - ALENCON

 

Deux hommages ont été rendu en ce jour du "Souvenir des déportés" :

Le premier à Monsieur Rémi GESLAIN, Ancien de Président de notre association, décédé en aout 2016 :

« Rémi GESLAIN aurait souri à la perspective d’un hommage, ayant toujours considéré que ses choix d’homme et de soldat n’appelaient aucune reconnaissance.

Je parlerai donc d’évocation.

Evocation du parcours extra-ordinaire d’un homme « ordinaire », puisque c’est ainsi qu’il se définissait.

Fait prisonnier le 21 juin 1940, sa deuxième évasion le déporte en Ukraine, au camp de représailles de Rawa-Ruska, aux conditions d’internement inhumaines, surnommé « camp de la goutte d’eau et de la mort lente ».

En août 1942, il s’évade pour la troisième fois. De retour en France, de nouveau arrêté et renvoyé en Allemagne, sa quatrième évasion est la bonne ; il revient dans l’Orne à l’automne 1943 où il vit dans la clandestinité.

Dans les années 70, il recherche ses camarades, notamment ceux avec lesquels il s’est évadé de Rawa-Ruska. Il s’implique alors dans l’association « Ceux de Rawa-Ruska de Basse-Normandie/Mayenne » qu’il  préside jusqu’en avril 2016, à l’aube de son centenaire.

Encourager la recherche historique, transmettre la Mémoire de ces hommes insoumis et réfractaires, telles sont les deux missions qu’il nous a confiées.

En 2014, il fut l’une des « 70 voix de la liberté » et une nouvelle fois à 97 ans, il témoigna devant les jeunes générations au nom de cette liberté qui le porta toute sa vie et dont il disait : "la liberté c'est comme une addiction, quand on y a gouté, on ne peut plus s'en passer".

 

Le second à Madame François COMTE, résistante-déportée de l'Orne,

Il est difficile de résumer en quelques mots une vie aussi riche que celle de Françoise COMTE. Mais il me semble finalement qu’un mot contient tout : l’engagement. L’engagement exemplaire.

Engagement pour défendre sa patrie lorsque, adolescente, elle s’implique, aux côtés de ses parents,  Madeleine et Edouard PAYSANT, dans des actions de résistance pour contrer l’occupation allemande.

Cet engagement, elle et ses proches en paient le prix fort. Plusieurs arrestations, dont celle de ses grands-parents, Edouard et Louise PAYSANT qui meurent en déportation. Elle et sa mère sont déportées elles aussi, avec tout ce que cela recouvre d’humiliations, de souffrances et de peur. Elle survit à l’enfer concentrationnaire, rentre avec sa mère, mais elle se confronte à la douleur de ne pas retrouver son père, disparu.

Engagement professionnel, lorsque de retour de déportation elle décide, avec une volonté acharnée, de suivre les études qui lui permettront de reprendre l’entreprise familiale.

Engagement associatif, tourné vers les autres.

Engagement enfin pour participer à l’émergence de la conscience citoyenne des plus jeunes. Tout au long de sa vie, elle n’aura eu de cesse d’entretenir la mémoire de ses camarades disparus trop tôt, témoignant sans relâche auprès des scolaires, les invitant à se nourrir du passé pour comprendre le présent et préparer l’avenir, les incitant à la plus grande vigilance.

Madame COMTE était toujours présente lors de cette cérémonie. Elle entonnait le « Chant des Marais » avec une émotion toujours intacte.

ALENCON 61000 Orne

×