Hommage à Rémi GESLAIN

 

Remi geslain 70 voix de la liberte 2014geslain 70 voix de la liberte 2014 (141.91 Ko)

 

 

Hommage prononcé par Martine REYMOND-VAUDRY, présidente de "Ceux de Rawa-Ruska et leurs descendants - Basse-Normandie/Mayenne",

à l'ouverture du congrès de l'Union Nationale "Ceux de Rawa-Ruska et leurs descendants" du 14 octobre 2016 à Paris :

 

Viviane Kervinio (présidente de l'union nationale - nde) m’a demandé de rendre un dernier hommage aujourd’hui à Rémi GESLAIN et au nom de notre Association, je l’en remercie.

 

Il nous a quittés le 23 AOUT dans sa 100ème année ; je le savais quelque peu souffrant mais pas au point de nous laisser orphelins aussi soudainement.

Il fut président de notre association pendant 12 ans ; ce n’est que dans les années 70  - lorsqu’il prit sa retraite - qu’il rechercha certains de ses camarades (et plus particulièrement ceux avec lesquels, il s’était évadé du tunnel de Zwerzienieck en aout 1942) et qu’il adhéra à l’Association locale de l’Orne et du Calvados.

Cela dit, Il n’aurait sans doute pas aimé que l’on parle de lui aujourd’hui…

Ainsi pour ses obsèques le 29 aout, il avait expressément refusé tout discours ou éloge funèbre.

En revanche il avait demandé la présence de drapeaux, symbole de son attachement à sa patrie et aux valeurs patriotiques de son pays et plus particulièrement celle qu’il chérissait le plus, la LIBERTE.

Il disait : « la LIBERTE c’est comme une addiction, lorsqu’on y a gouté, on ne peut plus s’en passer ».

Il aurait aimé je crois, que l’on dise de lui, aujourd’hui, qu’il fut et resta toute sa vie un homme « ORDINAIRE ».

Un homme qui fit le choix, certes pendant la guerre mais aussi toute sa vie d’être libre, de décider par lui-même et d’en assumer les conséquences, quelles qu’elles soient.

Les mots : « héros », « valeurs des Rawas », « grande famille des Rawas » soit le faisaient sourire soit l’irritaient.

Je l’ai cotoyé pendant 8 ans ; au fils des années, nous sommes devenus  proches.

Il lui arrivait même de m’appeler tous les jours pour évoquer un souvenir, une idée, commenter Envols, et puis ces derniers temps, nous demander où nous en étions de nos recherches sur la Jeep Rawa-Ruska, sur son conducteur, Alexandre Retgen, Ancien de Rawa-Ruska et sur sa descendance...

Il se passionnait pour cette histoire !

« Pour une fois que l’on tient un héros disait-il, ne lâchons pas l’affaire ! »

Pourquoi « un héros » ? Parce qu’Alexandre Retgen après son évasion de Rawa-Ruska avait rejoint les FFI puis s’était engagé dans la 2ème DB du Maréchal Leclerc, à la Libération de Paris.

Le dynamisme de notre Association le rendait heureux ; l’implication de nos « deuxième génération » le rassurait.

Souvent je lui rappelais que notre « moteur », c’était LUI, ce que bien sûr, il contestait.

Si Rémi GESLAIN savait déléguer, s’il savait aussi accorder sa confiance, il demeura jusqu’au bout, comme il s’amusait à le dire : le PATRON…

Et donc et bien évidemment pas question de s’exprimer et encore moins de décider en ses lieu et place !

A ses côtés, j’ai énormément appris ; j’ai retrouvé avec lui, la même mise à distance de mon propre père quant à toutes formes de reconnaissance.

C’est Monsieur Geslain qui m’a d’ailleurs confortée dans l’idée qu’à trop « porter aux nues » nos Pères, on finissait par les déshumaniser.

Rémi GESLAIN était  un homme d’honneur, un homme de caractère et de convictions ; un décideur ; un libre-penseur.

Très pudique quant à sa vie, ce n’est que le jour où il reçu la Légion d’Honneur que j’ai appris qu’il fut sur le plan professionnel, un grand Bâtisseur de l’Orne et de la Sarthe.

Connu et reconnu sur le plan régional, il donna énormément de sa personne pour nous ouvrir des portes qui nous ont permis de nous faire connaitre et reconnaitre et surtout d’entreprendre.

Ainsi et entre autres : 3 films en 3 ans :

-« Les 70 voix de la liberté » en 2014,

-« Les Evadés du 3ème Reich » en 2015,

-« les Evadés de Rawa-Ruska, témoins de la Shoah » sorti en 2016.

A plusieurs reprises il écrivit dans ENVOLS que le transfert de la Mémoire en général et plus particulièrement de celle du camp de Rawa-Ruska (qui, le rappelait-il souvent, dura 22 mois, soit d’avril 1942 à février 1944, et ne s’arrêta donc pas à la fermeture du « camp-mère », fin 1942), n’avait de sens que si elle respectait une VERITE.

Et que cette VERITE ne pouvait être qu’HISTORIQUE, soit une VERITE scientifiquement vérifiée.

En 2012, il s’enthousiasma pour le lancement d’une Recherche historique structurée, dont son Association fit d’ailleurs partie auprès de Philippe Cholet.

Et ce n’est un secret pour personne qu’il fut un des membres fondateurs et donateurs de « l’ENTENTE interrégionale pour la recherche historique ».

Sans aucun état d’âme car une de ses priorités restait la pérennité de notre Association ; et elle le restera car cela fait partie de notre héritage.

Pérennité oui mais en même temps, ambivalence extrême de sa part..., car aucun membre de sa descendance n’a adhéré à notre association.

J’ai fini par comprendre que cette guerre «   sa guerre » et son internement au stalag 325, c’était SON histoire et que lui seul pouvait en témoigner.

J’ai aussi compris que sa crainte était que nous autres descendants n’ayons pas la sagesse de ne pas réécrire l’histoire de nos Pères et Grand-pères.

Que transmettre une histoire qui ne nous appartient pas, avec ses zones d’ombre, ses dénis, ses silences et ses questions sans réponses restait un exercice des plus périlleux qui encore une fois relevait d’une Recherche historique approfondie.

 

De Rawa-Ruska, il disait : « ce fut une bavure » ; « en temps de guerre, tous les coups sont permis » ; « je n’ai fait que payer mon addiction à la LIBERTE »

L’homme nous a ainsi ouverts à une autre vision de « l’enfer de Rawa-Ruska » à savoir des hommes courageux, audacieux, (« des fortes têtes » !) certes mais des hommes qui, telle une évidence, ont, en leur âme et conscience, résisté, au nom de la LIBERTE et de leur attachement à leur patrie.

A savoir une vision plus humaniste et en cela moins « épique », vision à laquelle nous resterons fidèles.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 10/01/2017

×